Le gui, cette plante parasite des essences ligneuses, est très utilisé lors des fêtes de fin d’année tout comme le houx et le sapin. Mais c’est son utilisation à la Saint-Sylvestre qu’il est la plus connue puisqu’il est de tradition de s’embrasser sous le gui pour la nouvelle année afin de porter chance.

L’utilisation de cette plante remonte à l’époque celtique, avec cette image du vieux druide armé de sa serpe d’or pour couper du gui, l’un des clichés les plus connus du monde gaulois, rapporté par l’historien romain Pline (23 à 79 après J.-C.).

Les Druides le croyaient semé sur les arbres par une main divine et voyaient dans l’union entre l’arbre et ces rameaux toujours verts un symbole d’immortalité. Les druides attribuaient aussi à cette plante des propriétés miraculeuses, notamment celles de guérir certaines maladies, d’immuniser contre les poisons, d’assurer la fertilité des femmes et de protéger les hommes contre la sorcellerie. Des vertus médicinales pour cette plante sont en effet avérées.

Par ailleurs, lorsque des ennemis se rencontraient sous une branche de gui dans la forêt, ils devaient déposer les armes et observer une trêve jusqu’au lendemain.
C’est de là que viendrait la coutume de suspendre une boule de gui et d’y échanger un baiser en signe d’amitié et de bienveillance.

La coupe du gui avait lieu le sixième jour de l’année celtique (le jour de l’an s’effectuait au solstice d’hiver, c’est-à-dire au environ du 20 décembre), les druides vêtus de blanc se mettaient alors à couper la plante en s’exclamant : « O Ghel an Heu », une expression qui signifie littéralement « Que le blé germe ! » Cette expression, symbole de renaissance du soleil après le solstice d’hiver, a donné par déformation l’expression « Au gui l’an neuf ! »

Le gui était également très utilisé par les germains pour qui la plante était liée à Freya, déesse de l’amour, de la beauté et de la fécondité.


© Copyright

Tous les articles présentés dans cette bibliothèque numérique sont la propriété de l’association BERIAN et de ses auteurs. Parce que l’un des buts de cette association est la valorisation et la transmission du patrimoine naturel et historique de nos contrées, toute information peut être partagée et/ou réutilisée. Nous vous demanderons simplement de citer vos sources, en nommant notre structure « BERIAN – Association Naturaliste et Historienne », ainsi que le/les nom(s) du/des auteur(s), tout contenu confondu (textes, cartes, photographies, dessins, etc.). Pour toute utilisation à caractère commerciale, merci de nous contacter.

Photo et texte :

Jean-Michaël CHOSEROT

Sources :

RAGACHE, Claude-Catherine. Les Gaulois – Mythes et Légendes. p. 4 et 5. Hachette, (Paris France), 1989, 47 p.

GUILLEMOT, Michel, et BLUMEL, Bethsabée (Dir.). Le Petit Larousse des Symboles, « gui » p. 315. Larousse, 2019, d’après une réédition de 2006, 658 p.